Le conseil municipal vient de voter la vente de l’ancienne école Beauval au bailleur social Picardie habitat.
La question que peuvent se poser légitimement les Senlisiens, c’est la cohérence de cette stratégie immobilière, avec la chute du nombre d’habitants.
À première vue cela semble curieux, le nombre de logements prévus augmente alors que le nombre d’habitants diminue.
Mais à y bien regarder, c’est en fait une tactique assez simple autour d’un raisonnement qui l’est tout autant. Le nombre d’habitants diminue, entre autre car les familles vieillissent et les enfants quittent le logement familial, même Tanguy. Par ailleurs nous avons toujours les répercutions du départ des militaires du quartier Ordener.  Ensuite les logements à Senlis sont onéreux et peu adaptés au budget de jeunes couples. Il faut donc à la fois proposer des logements de qualité en haut de gamme,  mais de taille plus modeste, et des logements dit sociaux plus abordables. Les bassins d’emploi aux environs sont assez nombreux, Roissy, Compiègne, base de Creil, pour ne citer qu’eux.
Espérons que ce choix sera le bon, afin que Senlis ne continue à s’assoupir.

Le conseil municipal vient de voter la vente de l’ancienne école Beauval au bailleur social Picardie habitat.
La question que peuvent se poser légitimement les Senlisiens, c’est la cohérence de cette stratégie immobilière, avec la chute du nombre d’habitants.
À première vue cela semble curieux, le nombre de logements prévus augmente alors que le nombre d’habitants diminue.
Mais à y bien regarder, c’est en fait une tactique assez simple autour d’un raisonnement qui l’est tout autant. Le nombre d’habitants diminue, entre autre car les familles vieillissent et les enfants quittent le logement familial, même Tanguy. Par ailleurs nous avons toujours les répercutions du départ des militaires du quartier Ordener.  Ensuite les logements à Senlis sont onéreux et peu adaptés au budget de jeunes couples. Il faut donc à la fois proposer des logements de qualité en haut de gamme,  mais de taille plus modeste, et des logements dit sociaux plus abordables. Les bassins d’emploi aux environs sont assez nombreux, Roissy, Compiègne, base de Creil, pour ne citer qu’eux.
Espérons que ce choix sera le bon, afin que Senlis ne continue à s’assoupir.