Aller à la barre d’outils

ACTIONS CŒUR DE VILLE

CONSTATS ET PROPOSITIONS
Dans une publication récente nous avions évoqué la présence de trois membres de l’Éveil senlisien à la réunion qui s’est tenue le 4 décembre à Pont Sainte Maxence ayant pour objet la re-dynamisation des centres villes et centres bourgs. Nous vous donnons ici quelques informations que nous avons pu recueillir lors des échanges entre les maires de villes et villages de l’Oise et des différentes personnes participant du développement économique de l’Oise, et tout ceci sous l’égide de la région Hauts de France.
Les différents intervenants participant aux deux ateliers présentaient successivement leur vision du constat puis des solutions qui avaient été adoptées. Nous ne ferons pas un inventaire à la Prévert mais nous allons évoquer les faits majeurs qui ont retenu notre attention. Deux problèmes sont revenus de façon récurrente, le stationnement et les grandes surfaces.
Stationnement :
Nous avons rapidement compris que la difficulté du stationnement est la préoccupation des élus présents. Mais les solutions sont loin d’être simples, car créer des places de stationnement au plus près des commerçants n’est pas chose aisée, mais en plus sous quelle forme gratuit ou payant, stationnement express, ou longue durée ? Une Senlisienne a d’ailleurs pris la parole à ce sujet, car la baguette lui a coûté cher ; 25€. Vous avez bien compris que ce n’est pas le boulanger qui avait augmenté ses prix mais l’amende qui l’a accompagné, dépassement de durée du stationnement. Car si l’achat est une chose, le lien entre les habitants, la relation sociale, la vie du centre ville en fait, en est son corollaire. Et c’est cet équilibre que les élus doivent rechercher en lien avec les commerçants, les consommateurs, et les professionnels régionaux du commerce et d’autres spécialistes. Une autre difficulté a été soulevée à ce propos. Comment assurer la pérennité du commerce qui subit les travaux de sa ville et qui empêchent ou limitent l’accès à sa boutique ? Car la réfection d’un centre ville ou d’une partie peut prendre plusieurs mois, et les consommateurs adoptent d’autres habitudes et négligent ensuite leurs commerces préférés pour d’autres plus éloignés. Une obligation donc, entre tous les acteurs, dialoguer, réfléchir, se concerter.
Grandes surfaces
Une autre difficulté, la concurrence des grandes surfaces. Souvent l’élu choisit d’accepter la création d’un hypermarché sur son territoire, plutôt en périphérie, pour une rentabilité immédiate en termes d’argent et d’emplois. Mais c’est une réflexion courte termiste, car le plus souvent c’est l’appauvrissement du centre ville, les fermetures des boutiques, qui surviennent très rapidement, et donc la fuite des personnes vers d’autres villes plus accueillantes. Un restaurateur senlisien a d’ailleurs posé une question assez simple, comment lutter contre la concurrence des milliers de plats servis à quelques kilomètres de là ? De plus nous avons découvert une aberration législative, les restaurants ne sont pas soumis à autorisation avant ouverture contrairement aux autres commerces, d’où une niche de développement pour certains groupes. Le travail du Dimanche et la concurrence directe des grandes surfaces par ce moyen est également une difficulté supplémentaire.
Solutions
Au delà de la concertation des divers acteurs que nous avons évoqués il y a des solutions adoptées par les uns et les autres selon la spécificité de leur ville. Nous en citerons quelques unes. L’animation (festivals, quinzaines, attractions, patinoires etc ;..) la digitalisation des commerces (la région offre un soutien à ce complément commercial), les boutiques à l’essai (des locaux vides, des entrepreneurs, une concertation entre les acteurs), l’embellissement des vitrines, la préemption des locaux, la qualité des produits, etc..
Conclusions
Tout d’abord nous réitérons notre incompréhension de l’absence d’élus senlisiens. Senlis qui est l’une des quatre villes de l’Oise bénéficiant du dispositif cœur de ville.
Ensuite même si nous voyons une volonté manifeste de soutien de la Région et une envie de dynamiser, les solutions sont guère innovantes et encore moins réfléchies dans une évolution environnementale indéterminée. Ce n’était qu’une simple réunion, une présentation, et non un think tank, donc nous ne pouvons qu’espérer que tous les acteurs rencontrés durant cette soirée comprendront qu’il est impératif de se réunir et de penser le futur pour répondre aux exigences du citoyen et du consommateur de demain.

Articles relatifs

Réponses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *